Un emploi sur un Chantier d'Insertion

Les Jardins des Gorges de l’Aveyron sont un Atelier et Chantier d’Insertion (ACI). Les ACI proposent un accompagnement et une activité professionnelle aux personnes sans emploi rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières (logement, santé, mobilité, situation familiale, endettement, addiction…)

Chaque année les Jardins emploient une trentaine de personnes sur le poste d’aide-maraîcher. Les activités support de l’association pour leur mission d’insertion sont le maraîchage biologique et la production d’œufs bio.

Les CDDI (Contrats à Durée Déterminée d’Insertion) proposés ont une durée de 4 à 6 mois, renouvelables dans la limite de 24 mois maximum. La rémunération est égale au SMIC. Aucun pré-requis d’expérience agricole n’est nécessaire. Nous veillons à une parité hommes/femmes.

Deux formules horaires sont proposées pour tenir compte des contraintes familiales, de santé, de mobilité … :        24h et 28h hebdomadaire.

Un contrat aux Jardins permet de bénéficier d’un accompagnement afin de préparer un retour à l’emploi ou une entrée en formation. Pour atteindre cet objectif, les Jardins aident à la mise en place d’un parcours individuel et collectif qui peut concerner différents domaines. 

 

Pour postuler (sous réserve de votre éligibilité) :

  • en parler à votre conseiller Pôle Emploi, Mission Locale …
  • ou répondre directement à une offre d’emploi
  • ou envoyer votre CV aux Jardins par mail ou par courrier:

Nos coordonnées :
Jardins des Gorges de l’Aveyron
Mexos
82140 Féneyrols
05.63.30.64.56
cocagne82@gmail.com

 

Les objectifs du Chantier d'Insertion
"Jardins des Gorges de l'Aveyron"

La mission première de notre Chantier d’Insertion par l’Activité Économique est l’accompagnement social et professionnel de femmes et d’hommes en difficultés et éloignés de l’emploi

L’accompagnement socio-professionnel des salariés en insertion comprend:

  • l’identification et l’aide à la résolution des difficultés spécifiques de chaque salarié, qui constituent des freins à l’emploi ;
  • la mise en situation professionnelle dans le cadre de notre activité de maraîchage biologique pour permettre l’acquisition ou la réappropriation des attitudes et des rythmes qui constituent les pré-requis à l’employabilité ;
  • la définition d’un projet de retour à l’emploi et la mise en œuvre d’un programme de formation et d’évaluation des acquis, dans le cadre de l’activité des Jardins et à l’extérieur, à travers des périodes de mise en situation en milieu professionnel (PMSMP) ou des formations spécifiques en regard du projet envisagé.

Les outils d'accompagnement

1. Mise en situation de travail

Le contrat de travail au sein du Jardin permet de retrouver un statut social, un salaire, une activité. L’impératif de production alimente une dynamique de travail reconnue utile et valorisée par la société en tant que réponse adaptée à un souci de qualité alimentaire et environnementale. Le travail de la terre et la vie en plein air ont des vertus équilibrantes, autant sur le plan physique que psychologique. Le maraichage constitue aussi une excellente initiation au travail individuel et collectif dont la réussite exige de chacun rigueur, méthode, régularité et opiniâtreté.

2. L'accompagnement par l'Accompagnatrice Socioprofessionnelle

Il s’agit d’un accompagnement global dont l’objectif est de lever les freins à l’insertion tant sociale que professionnelle. Il s’appuie sur une relation de confiance avec le jardinier et une collaboration forte avec les encadrants. Des objectifs accessibles et susceptibles d’évoluer sont fixés conjointement et évalués lors d’entretiens réguliers. La disponibilité et la réactivité permettent de répondre rapidement aux difficultés rencontrées par le jardinier. Il est alors plus disponible et plus efficace dans l’activité quotidienne, et en mesure de se projeter dans un avenir professionnel.

  • Des périodes d’immersion en entreprise d’une à deux semaines.
  • Des parrainages entre entreprises et jardiniers. Ils peuvent s’organiser sous forme d’une activité complémentaire au contrat d’insertion.
  • Des parrainages entre adhérents et jardiniers

Si le maraîchage bio ne constitue pas un lieu de formation professionnelle, la mise en situation dans un chantier doit permettre de réunir les conditions favorables.

3. Les relations avec le secteur de l'entreprise

Le chantier d’insertion doit se situer comme passerelle active vers l’emploi et ses acteurs et éviter toute tentation de s’organiser et de fonctionner exclusivement dans l’environnement du travail social. Une réelle re-médiation entre la personne en insertion et l’entreprise devra être organisée si besoin.

Il s’agit de favoriser les rencontres et la confrontation des jardiniers avec le monde de l’entreprise dans un cadre organisé et progressif afin d’éviter les situations d’échec.
Les partenaires tel que la Mission locale, Pôle Emploi et tous les employeurs du territoire pouvant contribuer à l’insertion des jardiniers doivent être sollicités régulièrement pour organiser :

  • Des périodes d’immersion en entreprise d’une à deux semaines.
  • Des parrainages entre entreprises et jardiniers. Ils peuvent s’organiser sous forme d’une activité complémentaire au contrat d’insertion.
  • Des parrainages entre adhérents et jardiniers

Si le maraîchage bio ne constitue pas un lieu de formation professionnelle, la mise en situation dans un chantier doit permettre de réunir les conditions favorables :

  • à la réadaptation au travail
  • au travail en équipe
  • à l’acquisition de compétences transférables en entreprise
  • à l’utilisation d’outils, de techniques
  • à l’observance de procédures visant la qualité et l’efficience de la production