Jardins des Gorges de l'Aveyron

Mexos - 82140 FENEYROLS
Tél. : 05 63 30 94 37
contact mail

Accueil > Présentation

Présentation

Les Jardins de Cocagne :

Les Jardins de Cocagne sont des Jardins biologiques collectifs à vocation d’insertion sociale et professionnelle, créés à partir d’associations loi 1901 à but non lucratif. La spécificité des Jardins de Cocagne réside dans leur vocation sociale et solidaire. A travers la production de légumes biologiques distribués sous forme de paniers hebdomadaires à des adhérent-e-s-consommateurs/trices. Ces Jardins permettent à des adultes de retrouver un emploi et de construire un projet professionnel et personnel. Ils s’adressent à des personnes de tous âges, femmes et hommes en situation précaire (allocataires du RSA, sans revenus, sans domicile, chômeurs/chômeuses de longue durée, n’ayant jamais travaillé…) en difficulté sociale, professionnelle ou personnelle. L’enjeu est de recréer du lien social dans la proximité entre les personnes investies : jardinier-e-s, maraîcher-e-s, adhérent-e-s, voisinage, agriculteurs/agricultrices locaux, partenaires institutionnels, etc.

Les Jardins des Gorges de l’Aveyron s’inscrivent dans :
La Charte des Jardins de Cocagne :

Les Jardins de Cocagne fonctionnent selon quatre grands principes énoncés dans leur charte :
- une vocation d’insertion sociale et professionnelle de personnes en difficulté,
- la production de légumes cultivés en agriculture biologique,
- la distribution de ces légumes auprès d’un réseau d’adhérent-e-s,
- la collaboration avec le secteur professionnel.

Le Projet Social :

Dans les Jardins de Cocagne, différentes logiques d’action s’entrecroisent : sociale, économique, sociétale, professionnelle, mais aussi territoriale, pédagogique, citoyenne et environnementale. Le sens premier des Jardins de Cocagne, qui en fait toute l’originalité et la pertinence, réside dans cette approche. Leur activité, conciliant utilité sociale et exigence de productivité, est à la croisée de tous ces domaines.
L’impératif de production suscite une dynamique de travail et une reconnaissance d’utilité pour la société : le travail au Jardin est une étape dans un processus de socialisation et d’accès à l’emploi. Les personnes passent d’une situation d’assisté à celle de producteur.
La reprise d’un travail est support d’acquisition de compétences, de qualification, d’intégration dans l’organisation et dans une équipe de travail, mais aussi, d’un point de vue plus personnel, de revalorisation, de développement de ses capacités et d’apprentissage des normes sociales. Au delà des seules vertus de la remise au travail, le projet des Jardins de Cocagne mise sur l’inscription de chacun-e dans le tissu social local.
Le projet social vise à créer du lien, tisser des réseaux et permettre ainsi à chacun-e de s’insérer et de consolider ses différentes sphères relationnelles : la famille, le voisinage, le quartier, le travail … Mobiliser les adhérent-e-s consommateurs/trices autour du projet et de l’activité du Jardin et solliciter chacun-e sur une participation à sa mesure, permet de cultiver une convivialité et l’exercice d’une citoyenneté active. Le fonctionnement des Jardins repose sur la logique d’hybridation des engagements, des contributions et des aides.
Il est avant tout fondé sur la conviction que la lutte contre l’exclusion est l’affaire de tous et toutes, qu’il ne s’agit pas seulement d’insérer des personnes mais de créer une véritable économie solidaire : mobiliser chacun-e, pour ensemble "cultiver la solidarité" !

Le Développement durable :

Le développement durable est une imprégnation transversale de tous nos choix.
Envisager nos métiers et nos pratiques à travers une logique de développement durable nous semble une idée qui ne peut que conforter nos pratiques sociales, économiques et environnementales, en les resituant à leur juste place dans un débat mondial qui se généralise.
L’enjeu est d’inventer un développement durable qui soit le nôtre, avec les valeurs qui ont toujours prévalu dans les Jardins de Cocagne, en faisant le pari que nous trouverons dans cette voie de nouvelles pratiques, de nouveaux partenariats, en contribuant à un monde plus équitable, sur une terre toujours habitable.
Rien de plus cohérent quand on cultive solidarité et qualité, que de penser et d’agir durable.

Les Jardins des Gorges de l’Aveyron :

Créés en 1999 à l’initiative de l’EREF (Espace Rural Emploi Formation) de St Antonin Noble Val.
Ils sont installés sur un terrain de 2,5 ha loué à titre gratuit avec bail emphytéotique de 99 ans par la Communauté de Communes Quercy-Rouergue-Gorges de l’Aveyron. Ils disposent en outre d’une serre de 2500 m2 avec ouvrants asservis à la température choisie et arrosages intégrés et programmables permettant une bonne gestion de l’eau.
Les JdGA sont agréés par le CDIAE pour recevoir 20 personnes en insertion.
L’équipe d’encadrement est composée d’une encadrante maraichère, d’une co-encadrante maraîchère, d’une accompagnatrice sociale et professionnelle, d’une directrice.
Le Conseil d’Administration est composé de 12 membres, professionnel/le-s du secteur social, adhérent-e-s consommateurs/trices, professionnel/le-s du maraîchage, représentant-e-s de collectivités locales.
Les JdGA travaillent en collaboration avec le PLIE du Pays Midi-Quercy.

270 familles adhèrent à l’association. Nous livrons 250 paniers de légumes par semaine.
La situation des jardins, en milieu rural très peu peuplé (la première ville de plus de 5000 habitants est à 42 km), nous amène à distribuer les paniers de légumes dans les bourgs proches ainsi que dans les grands centres urbains de la région (Toulouse, Albi, Montauban…) et à organiser deux tournées de livraisons hebdomadaires les mardis et vendredis.
Nous cherchons à acquérir de nouveaux terrains pour développer notre autofinancement et augmenter notre capacité d’accueil de personnes en insertion.
En outre, les JdGA ont développé depuis octobre 2009 une unité de production d’œufs bio (une centaine de poules pondeuses).

Les JdGA sont financés pour leur fonctionnement par l’Etat, le Conseil Général de Tarn & Garonne, la Communauté Européenne, la Communauté de Communes QRGA.
Pour les investissements, sont intervenus le Conseil Régional Midi-Pyrénées, le Feder ainsi que des fondations ou organismes privés tel que la Fondation Bruneau, la Fondation Macif, la Fondation AXA, la Fondation Caisse d’Epargne, la fondation Carrefour, le Crédit Agricole…